Histoire

      Le domaine de Courtanvaux a toujours appartenu à des familles proches de la Cour, qu'elle fut Royale ou Impériale. Il a la particularité de n'avoir jamais été vendu, mais transmis soit par héritage, soit par mariage. La fin de cette longue histoire eut lieu en 1978, lorsque la Municipalité racheta Courtanvaux à la succession du Duc Pierre de Montesquiou-Fezensac.

       Tout d'abord, dès 1455 Jean II Le Tort, fait don du domaine et du fief de Courtanvaux à son neveu Jacques de Berziau: il lui laisse un ensemble entouré de hautes murailles, de fossés et d'un pont-levis: Le Château de Courtanvaux est né !

     Jacques de Berziau continuera à développer le domaine. Un aveu du 26 Octobre 1490 décrit Courtanvaux ainsi: "en la court et habergement du dit lieu en maisons, caves, jardins, chapelle, le tout clos de murs, avecques une tousche de boys, sise au dessus de la dite court, une fuye, un clos de vigne, etc.

     La fille de Jacques de Berziau épouse Antoine de Souvré en 1510, le domaine change donc de main. Antoine de Souvré est regardé comme le fondateur du  grand château, au tout début du XVIème siècle.             

       Souvre                                                                                                                                                                               

Gilles de Souvré, petit fils d'Antoine de Souvré, continue d'embellir le domaine. Il fait construire la poterne en 1582 dans le style Renaissance.De par sa forme atypique et la beauté de ses décorations, cet édifice a été classé monument historique   en 1948. Gilles de Souvré est un personnage illustre et proche du pouvoir royal, notamment d'Henri IV. Ce dernier le déclara gouverneur de Touraine ainsi que précepteur du futur Louis XIII.

 

blason-le-tellier.jpg

 

En 1662 Anne de Souvré (arrière petite fille de Gilles de Souvré) transmet par mariage le marquisat de Courtanvaux à François Michel Le Tellier Marquis de Louvois, ministre de la guerre sous Louis XIV. Le château change à nouveau de propriétaire. Cette famille ne viendra cependant jamais habiter à Courtanvaux, laissant le château inhabité pendant plus de 100 ans.

blason-montesquiou.jpg

 

En 1780, Louise Charlotte Françoise Le Tellier épouse Elizabeth Pierre de Montesquiou-Fezensac. Le comte et la comtesse de Montesquiou résistèrent à la redoutable épreuve que fut la Révolution: ils n'émigrèrent pas et leur biens ne furent pas confisqués, mais ils passèrent de longs mois en prison et furent, par la chute de Robespierre, sauvés in extremis de l'échafaud qui les attendait.

Ensuite le comte est nommé Grand Chambellan de France, et la comtesse est nommée Gouvernante du Roi de Rome, fils de Napoléon Ier. Ce dernier, très proche d'elle, la surnomme Maman Quiou. En 1815, à la chute de l'empire le comte et la comtesse de Montesquiou, en disgrâce, fixèrent leur résidence à Courtanvaux qui n'avait pas été habité depuis 134 ans. Elizabeth Pierre s'implique dès lors dans la vie politique locale puisqu'il sera maire de Bessé pendant 16 ans.

Pour rendre le château habitable de gros travaux de rénovation furent engagés dès les années 1820. C'est grâce à eux que le château est en aussi bon état aujourd'hui.

 

Le château vers 1860

 Le château vers 1860

 

Leur arrière petit-fils, Odon Anatole de Montesquiou, épouse la princesse Roumaine Marie Bibesco en 1867. A la mort de son mari en 1882, celle-ci hérite le château. Elle le modifie et le modernise complètement. Elle crée notamment l'enfilade des quatre salons et va donner au château cette touche de néo-gothique (chapelle, porche d'entrée...)